• Punta Mejillon

    Lorsque nous sommes partis de Bahia Rosa, en plaisantant, Max m’a dit : « Regarde s’il n’y a personne. », il faut dire que nous avions vu une seule voiture en 24 heures. J’ai regardé en arrière et j’ai vu arrivé un camping-car, enfin, un gros 4x4 avec cellule. Des belges ! Francophones en plus. Nous avons papoté un petit moment et ils sont partis devant nous. La route était magnifique. Nous roulions entre la plage et les dunes.

     

     

     Mais à un moment, la plage a rejoint les dunes. Il y avait plus de 20 centimètres de sable sur la route. Max m’a dit : « Ca ne passera pas ! ». Mais nous n’avions pas envie de faire demi-tour car cela nous obligeait à refaire 100 kilomètres de piste puis à faire 100 kilomètres sur la route. Nous avons donc essayé de passer et effectivement, nous nous sommes ensablés mais heureusement Max avait pensé à tout pour nous tirer de là: les plaques de désensablement et la pelle de chantier. En 20 minutes nous étions sortis d’affaire. Nous avons fait 100 mètres et avons vu revenir Monique et André (les belges) qui venaient pour nous aider car ils se doutaient que nous ne passerions pas. Il y avait un deuxième passage difficile un peu plus loin où nous nous sommes de nouveau ensablés mais cette fois-ci, Monique et André étaient là et ils nous ont tirés d’affaire en deux temps, trois mouvements. 

    Punta Mejillon

     Nous sommes donc allés bivouaquer ensemble dans une autre réserve naturelle et leur avons offert l’apéro puis nous avons partagé le repas.

    Comme ils sont retraités, ils n’ont pas le CNED à faire tous les matins. Ils sont donc partis devant nous.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :