• Iquique

    Nous sommes ensuite descendus de 200 kilomètres pour atteindre d’anciennes usines de salpêtre. En effet, dans le désert du nord du Chili et du sud du Pérou, de nombreuses mines de salpêtre ont été exploitées à la fin du XIXème siècle et au début du XXème jusqu’à la création des engrais artificiels. Lorsque l’exploitation des mines n’a plus été rentable, les usines ont fermé et les villes attenantes ont été abandonnées. Deux d’entre elles ont été transformées en musées à ciel ouvert.

    Nous sommes arrivés en fin d’après-midi à la Salitera Santa Laura. Nous avons pu voir les bâtiments industriels à moitié délabrés sous un soleil couchant ce qui les rendaient rougeoyant, c’était vraiment sympa ! 

    Iquique 

    Le gardien du site nous a autorisés à dormir sur place mais nous avions interdiction de sortir du camping-car après 19 heures car il lâchait ses chiens et que les fantômes envahissent les lieux la nuit !

    Le lendemain, nous avons terminé notre visite du site en explorant davantage l’intérieur des bâtiments et en faisant attention à ce que les planches ne nous tombent pas sur la tête. 

    Iquique 

    Puis nous sommes allés à la Salitera Humberstone (de l’autre côté de la route).

    A Humberstone, en plus des bâtiments industriels, il existe encore toute une ville, abandonnée bien sûr mais des ouvriers s’affairent pour la rénover et qu’elle ne tombe pas définitivement en ruine. 

    Iquique 

    Les filles ont vraiment beaucoup aimé cet endroit et à les écouter, nous aurions pu y passer la journée entière car elles pouvaient toucher à tout : devenir conductrices de locomotives, plonger dans la piscine (vide), danser sur les planches du théâtre, devenir maîtresses ou élèves à l’école, taper à la machine à écrire, faire la cuisine sur de vieux fourneaux … 

    Iquique 

    Iquique 

    Nous sommes allés dormir à Iquique, la ville la plus proche de l’épicentre du tremblement de terre du 1er avril. Cette ville est particulière, elle est coincée entre la montagne et la mer et lorsque nous sommes arrivés, nous la surplombions de très haut. Elle contient aussi de nombreux immeubles, ce qui est assez rare en Amérique du Sud. Nous nous sommes dits que les chiliens maîtrisaient parfaitement les normes antisismiques pour qu’aucun ne se soit écroulé, surtout lorsque l’on a vu les voies d’accès à la ville encore légèrement affaissées par endroit. 

    Iquique 

    Nous avons bivouaqué sur le front de mer, près d’une aire de jeux (comme c’est original !).

    Iquique

     

     

    Puis nous avons longé la côte à la recherche d’une petite plage déserte et paradisiaque et malgré les centaines de kilomètres parcourus, nous n’avons pas trouvé notre bonheur. Bien sûr, il y a de magnifiques plages mais si elles ne sont pas dans une ville ou un parc national, elles sont jonchées de déchets.

    De plus, dans le désert, par définition, il n’y a pas beaucoup d’eau et nous avions du mal à recharger nos réservoirs.

    Nous avons donc beaucoup roulé. 

    Iquique

    Iquique

    Iquique 

    Nous avons croisé de nombreux chiliens (en camping-car, en voiture ou en moto) arborant le drapeau de leur pays et se rendant au mondial au Brésil. Plusieurs d’entre eux nous ont fait des signes nous signifiant de faire demi-tour, nous nous trompions de direction ! Cela nous a bien fait rire.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Juin 2014 à 15:56

    Bonjour, voilà de nouveaux paysages (enfin pour moi) très jolis et à la fois très pittoresques.

    Pas mal cette photo du camping-car avec la main, "il fallait mettre une éponge et comme cela le camion aurait été tout propre".

    Je vous souhaite donc une belle fin de voyage car hélas le temps passe vite.

    A bientôt et avec toutes mes amitiés.

     

     

    2
    Vendredi 13 Juin 2014 à 23:17
    Qu'insinuez-vous, que le camping-car n'était pas très propre ? En effet, mais depuis il s'est fait bichonner et brille de mille feux.
    Amitiés.
    3
    Jeudi 19 Juin 2014 à 13:41

    Bonjour et oui je pense que le camping-car doit rutiler de partout car ce sera bientôt la fin de son voyage?

    Dommage car je pense que vous allez le regretter et puis comment vais à nouveau vous "rencontrer" au hasard d'une étape!!!!

    Bonne semaine et à bientôt de suivre cette fin de voyage.

    Mes amitiés.

    4
    Mardi 24 Juin 2014 à 17:37

    Vous viendrez nous voir près de Montpellier dès que nous aurons retrouvé une maison !

    Amitiés.

    5
    Dimanche 6 Juillet 2014 à 11:11

    Bonjour, oui ce sera avec plaisir et nous pourrons parler ensemble de votre super périple d'une année.


    A bientôt donc et bon courage pour cette étape finale (car après cela va vous changer la France!!!).


    Amitiés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :